Search

Sur les toits de Paris avec Martin

 

Et si, pour commencer, je vous proposais un portrait de Martin, enfin disons déjà une esquisse. Quitte à poursuivre le tableau plus tard car les meilleures histoires ont toujours une suite, n’est ce pas…

Celle-ci ne fait que commencer et pour cause, Martin n’a que 23 ans et un large horizon devant lui. Arrivé en France il y a un peu plus de deux ans, il a déjà une bonne maîtrise de la langue et de nombreux projets comme la reprise de ses études pour décrocher un diplôme d’ingénieur.

Des projets et plein de beaux souvenirs à raconter sur ses voyages et son pays d’origine, l’Afghanistan qu’il a d’abord connu à travers les récits de sa famille, contrainte à fuir au début des années 80 pour éviter la guerre contre l’armée de l’ex URSS.

Après avoir passé son enfance en Iran, Martin entame une nouvelle aventure et part trois ans dans les provinces d’Hérat, de Farah, de Nimroz et de Kaboul. Un voyage éprouvant qui a changé radicalement son regard sur son pays, choix de son coeur pour toujours, si ce n’était la guerre. Il n’oubliera jamais, comme il le dit lui-même, les paysages, le parc d’Hérat, les sommets enneigés de l’Indu Kuch, les jardins moghols de Bagh et Babur à Kabul. La modernité de certains quartiers, le sourire et l’ouverture des gens malgré la vie difficile.

Mobylette en afghanistan

Montagnes d'afghanistan

 

Et il poursuit son récit en me donnant des détails sur la province de Bâmiyân qu’il n’a pas encore vue et qu’il aimerait découvrir plus tard. Il me parle des vestiges qui demeurent après la perte irremplaçable des deux bouddhas, de la lumière unique et de la signification de ce lieu désormais inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Un décor de carte postale et des trésors millénaires, disparus ou peut-être encore cachés pour certains et à la quête desquels je me promets de partir un jour, moi aussi.

A l’écouter, on en oublierait presque les difficultés de son dernier voyage, celui qui l’a mené jusqu’à nous et les efforts à fournir pour s’immerger dans la vie parisienne. Apprendre la langue, « faire des papiers » encore et encore, trouver les amis, le travail…. On retient son enthousiasme pour découvrir une nouvelle culture, comprendre sa musique, les gens qui l’entourent et on rêve avec lui depuis la vue sur les toits de Paris qu’offre son charmant petit appartement.

Katty L.

Martin et Katty

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Katty Lherm Stories © Copyright 2018. All rights reserved.
Close